jeudi 29 juin 2017

Youtube : Max Bird


               Max Bird est un vidéaste vulgarisateur scientifique dont le concept principal et de démonter des idées reçues.  

Avec beaucoup d'humour et un style qui lui est propre, ce dernier aborde des sujets variés des plus anecdotiques aux plus sérieux. Ainsi, on peut passer du mythe autour de la couleur des caméléons à l'arthrite supposément liée aux craquages de doigts en passant par une vidéo engagée sur l'homosexualité. Personnalité aux multiples facettes, il se produit également sur scène dans son Encyclo-Spectacle.

lundi 26 juin 2017

Youtube : Marinette


           Marinette - Femmes et féminisme est un petite chaîne crée par Marine Périn, journaliste indépendante engagée dans la cause féministe. 

Proposant un contenu varié, elle expérimente des choses sur l'internet pour véhiculer ses valeurs et donner la parole aux femmes. Entre vidéos plutôt courtes en mode coup de gueule et documentaires travaillés, vous trouverez un contenu de qualité sur cette chaîne. 
Sans prétention et avec un son juste, cette vidéaste mériterais d'être plus connue.


vendredi 23 juin 2017

Film : Beginners




       Beginners raconte deux morceaux de la vie d'Oliver, un homme névrosé. D'un côté sa rencontre avec Anna et de l'autre le coming-out de son père alors âgé de 75 ans.

Il m'est difficile d'analyser ce film car je l'efface plus ou moins volontairement de ma mémoire régulièrement. Je peux vous dire qu'il m'a fait pleurer à chaudes larmes les deux fois où je l'ai vu, m'a retourné le ventre et m'a laissé mal à l'aise. Je ne pense pas que la réalisation soit formidable, c'est le sujet qui me bouleverse. Il est probablement très bien interprété puisqu'on a au casting Ewan McGregor et Mélanie Laurent. Cependant je garde un goût mitigé de cette histoire d'amour. Ça parle de maladie, d'homosexualité, de changement brutaux dans la vie, de dépression, de remise en question. C'est sans certitude que je met cette note et vous laisse vous forger une opinion plus claire.

mardi 20 juin 2017

Film : La Belle et la Bête (2017)

            Belle vit dans un village reculé de France avec son père. Avide de connaissance et rêvant de grandeur, elle est montré du doigt par les autres villageois. Lors d'un voyage, son père se perd dans la forêt et se fait emprisonné par une bête terrifiante. Elle décide alors de partir à sa recherche.

Cette réadaptation de cette histoire d'amour classique de Disney est faite avec précision. On y retrouve tous l'univers du dessin animé avec une pointe de modernité. Les images de synthèse sont propres, l'immersion efficace et Emma Watson toujours aussi radieuse. L'histoire reste la même et ça fonctionne. Pour les chansons, je ne saurais dire, je ne suis pas une "vraie fan" de ce film d'animation. Quoi qu'il en soit, si vous avez aimé le dessin animé, vous apprécierez. Un film satisfaisant sans surprises qui nous replonge dans le conte de notre enfance.

mercredi 14 juin 2017

Jeu vidéo : Horizon Zero Dawn

Plateforme : PS4
           Aloy est une jeune fille élevée en marge du peuple Nora par un pariât nommé Rost. Afin d'obtenir des réponses sur son origine, elle décide de s’entraîner pour passer l'épreuve de l'éclosion, lui permettant, en cas de victoire, de pauser la question qu'elle souhaite aux matriarches.  

Un peu déçue. Je m'attendais à un réel monde ouvert complet où je pourrais me balader en toute liberté. C'est en fait un Tomb Raider amélioré. Impossible de grimper sans chemin prédéfinis dans le gameplay. Aloy ne peut faire que de petits sauts et il n'est pas rare de ce retrouver bloqué devant un rocher vous arrivant à la taille sans pouvoir le franchir à moins de le contourner. Ce n'est franchement pas très agréable. Le système de sauvegarde par les feux de camps est aussi contraignant à mon gout. De même, les combats sont vite étouffants. Les grosses créatures ne faisant que vous sauter dessus, la caméra tournant un peu dans tous les sens, il vous faudra vous cacher dans des recoins de la Map qui ne semble pas prévus à cet effet pour essayer de berner un peu l'IA et pouvoir enfin vous défendre. C'est plutôt agaçant et j'avais la sensation de tricher pour avancer. Vu la pénibilité des combats avec les corrupteurs (un type de machine particulier), j'ai décidé de passé le jeu en mode facile pour au moins savourer l'histoire. 




Cette dernière est plutôt sympa. Le gros point fort de ce jeu, c'est clairement le personnage principal. Aloy n'est pas dans le cliché, à une bonne répartie qui apporte de la fraîcheur et est franchement charismatique. Son histoire est plutôt originale même si elle manque un peu de profondeur. En fait, c'est surtout que la sensation de mystère et d'inconnu installé au tout début évanouie assez vite. Après je venais de jouer à Zelda, ce qui influence grandement mon point de vue et mes attentes niveau durée de jeu. On a assez vite fait le tour du bestiaire des machines, mais au vu de la durée de la quête principale, ça ce tient, même si on aurait tendance à en vouloir un peu plus.

Niveau gameplay, le système de collecte et crafting m'a vite lacée. Le menu des ressources et fouillis et mal organisé. Difficile à prendre en main, les outils manquent même si il y a de l'idée. Malheureusement, ces problèmes d'organisation se répercutent sur tout le système de collecte, rajoutant un nouveau bémol à l'opus. Le crafting, en lui même, m'a semblé un peu mieux que celui  Rise of the tomb raider, mais pas dingue non plus.




J'ai cité beaucoup de choses négatives néanmoins ça reste un bon jeu. Le problème c'est que l'engouement pour ce dernier me semble complètement démesuré. C'est un jeu complet, plutôt sympa, avec un univers agréable à découvrir et suffisamment lissé dans sa finition pour qu'il ne subisse pas trop de critique de ce côté là. Mais il a beaucoup de "mais". Le jeu laisse la porte ouverte à une possible suite, pourquoi pas après tout, mais libérez nous les mains, inspirez vous d'Assassin's creed, c'est trop frustrant en l'état.


mercredi 7 juin 2017

Film : Les figures de l'ombre


     En pleine course vers la conquête de l'espace, la Russie et les Etats-Unis d'Amérique s'opposent. Le film raconte l'histoire vraie de trois femmes brillantes d'origine afro-américaines qui ont tiré leurs épingles du jeu au sein de la Nasa et ainsi fait jouer leurs droits.

Très agréable biopic. Plutôt frais, il nous montre un combat de femmes et surtout une lutte contre la ségrégation. Parties perdantes car nées à la fois femmes et noires, les trois héroïnes ne démordent pas de leurs objectifs. Un contexte rude, une lutte humaine violente qui est assez bien montré. Je regrette cependant le ménagement du spectateur et le côté lissé et arrondit qui a été donné à certains aspects de cette histoire. Il y a toujours des "gentils bienfaiteurs" pour remonter un peu le niveau et on est pas assez dans l'émotion à mon goût. Malgré cela, le propos est pertinent et l'histoire plutôt prenante, les actrices sont crédibles et attachantes. C'est un film qui a de la substance tous en restant accessible à tous.

lundi 5 juin 2017

Jeu de société : Small World


         Small World est un jeu de plateau de type stratégique. Vous devez accumuler un maximum de pièces d'or en optimisant l'expansion de vos peuples sur un territoire trop petit pour les accueillir tous.

J'ai joué à ce jeu avec presque toutes les extensions qu'il possède, et sans ça je pense que j'en aurais vite fait le tour des différents peuples. Au début de votre premier tour vous devez choisir un des six peuples mis en jeu à côté du plateau, lui même associé à un pouvoir aléatoire. Chaque peuple a des aptitudes particulières lui permettant, par exemples, de conquérir des territoires avec moins de troupes, d'avoir plus de pièces dans certains cas de figure ou encore de bloquer les attaques de certains de ses territoires sous certaines conditions. Il y a autant d'aptitudes différentes que de peuples en jeu et plus encore de pouvoir à ajouter. C'est dans la compréhension de ces derniers que réside la seule difficulté pour prendre le jeu en main. Le reste est basé sur des mécaniques de conquête plutôt simple, une phase d'attaque, une phase de redéploiement et le comptage des pièces gagnées sur le tour. A tous moment de la partie un joueur peut choisir de passer en "déclin" son peuple actif et alors de ne pas agir pendant son tour, retourner ses tuiles (elles ne seront plus jouables mais continuerons de lui rapporter une pièce par territoire) et de n'en laisser qu'une par territoire, puis, au tour suivant il pourra en choisir un nouveau. Les peuples ayants un nombre de tuiles limités et en nécessitant une certaine quantité pour s'étendre, il devient presque obligatoire de le faire au moins une fois par partie.



Le jeu est très attractif, dynamique, plutôt drôle et assez stratégique, néanmoins les parties sont un peu longues (minimum une heure, une heure et demi, à 4 joueurs). Quand on est en jeu, on ne voit pas le temps passer mais c'est difficile de trouver des gens motivés pour lancer.
De deux à cinq joueurs (si vous avez les deux plateaux), le jeu est très complet avec ses extensions mais elles sont vendus à des prix trop élevés par rapport au contenus. Pour ceux qui préfèrent jouer en ligne, il existe apparemment une version sur Steam plus abordable ...