samedi 29 avril 2017

Film : Passengers


            Il faut 120 années au vaisseau spatial de la compagnie Homestead pour rejoindre sa destination : Homestead II, une nouvelle planète à coloniser. Seulement, un problème survient durant le voyage réveillant ainsi, beaucoup trop tôt, l'un des 5000 passagers plongés jusque là en dans un sommeil artificiel.

C'est une histoire d'amour, on ne vous l'a peut-être pas vendu comme tel, mais c'est bel et bien ça le sujet du film. Les images sont grandioses et le vaisseau, qui nous est montré sous toutes ses coutures, est magnifique. Les deux personnages principaux fonctionnent bien ensemble globalement et l'histoire se tient à peu près. A peu près car il y a quelques incohérences et que les ficelles sont assez mal dissimulées à mon goût. C'est un spectacle un peu à la Titanic, où il faudra parfois mettre le bon sens dans sa poche afin de l'apprécier. Oui, je fait parti de ses gens qui pensent que Rose aurait du faire une place sur sa planche à Jack.
Le film est fluide, élégant, parfois maladroit. Il est agréable à regarder, a son lot de scènes d'actions, mais ne véhicules pas, à mon sens, de valeurs profondes qui auraient put lui donner une vrai âme.

mercredi 26 avril 2017

Série : The Expanse


             Nous sommes au 23ème siècle, nous avons colonisé le système solaire. Les inégalités humaines se sont étendues dans l'espace, la Terre et Mars entretiennent des rapports tendus aux détriments des habitants de la Ceinture. En parallèle, d'étranges disparitions commencent à susciter la curiosité de certains.

C'est une vision très intéressante et assez plausible de l'avenir de l'être humain. Une excellente base en somme pour créer des intrigues surprenantes. L'ambiance est assez sombre, lente et dense. La qualité globale de la série est plutôt bonne mais je ne trouve pas cette sensation de surprise que j'apprécie beaucoup dans les séries. Je ne suis pas scotchée derrière mon écran, peut-être est-ce dû à des ficelles qui deviennent de plus en plus visibles ? C'est intéressant mais pas prenant. Les mécaniques deviennent grossières, plus les épisodes passent, plus j'ai la sensation de voir un remake d'une série que j'aurais déjà vu, une sorte de "Marvel Agent of Shield" de l'espace, sympa mais pas transcendant. Je ne saurais vous dire ce qui fait défaut, peut-être un manque profondeur, d'intention ou d'identification aux personnages... En attendant, c'est agréable à regarder, cohérent dans l'ensemble. Ça ne révolutionnera simplement pas votre quotidien. Battlestar Galactica reste en tête !

Visionnage : 2 saisons.

mercredi 19 avril 2017

Film : Moana


               Moana est la fille du chef d'une tribu en Océanie et de ce fait, l'héritière de cette lourde tâche. Depuis sa plus tendre enfance, la jeune fille est fascinée par l'océan et ainsi a beaucoup de difficulté à s'intéresser à sa future responsabilité de leader.

La version française du film a été intitulée Vaiana, je trouve ça absurde et l'ai donc regardé en version québécoise afin de conserver le titre originel qui en jette plus je trouve. Ce détail étant réglé, passons à ce que j'en ai pensé. 

C'est un Disney très sympathique, avec une aventure prenante et des ressorts comiques tellement absurdes qu'ils en deviennent charmants. Nous noterons que pour les fans des musiques Disney, les chansons ne sont pas particulièrement marquantes mais s'intègrent bien dans l'histoire. L'héroïne est craquante, et a pour énorme mérite de ne pas chercher l'amour ! Cela peut sembler absurde, mais les héroïnes pour enfant qui sont juste portées par une aventure sont encore rares. C'est donc une épopée sur l'océan, dynamique et efficace, sans une trace de romance qui nous est présenté là. J'ai apprécié, ce n'est pas mon préféré, mais il bouge et est agréable à regarder.

mercredi 12 avril 2017

Jeu vidéo : Zelda Breath of the wild

Plateforme : Switch
        Zelda Breath of the wild est le jeu de lancement de la nouvelle console de Nintendo : la Switch. Il s'agit d'un jeu action aventure dans lequel vous incarnez Link, un jeune guerrier ayant perdu la mémoire.

C'est sans n'avoir jamais joué à cette célèbre saga que j'ai mis les pieds dedans. Après avoir regardé quelques heures un proche jouer, j'ai volé la manette et me suis lancée dans l'aventure. Verdict : c'est une merveilleuse découverte !



L'univers est extrêmement complet, les quêtes annexes sont multiples est on a très vite une sensation de gigantisme. Ça m'a donné l'impression d'être une découverte sans fin pendant au moins mes trente à quarante premières heures en selle. Oui, sa durée de vie est très longue si l'on prend la peine d'explorer ce qui nous est proposé. Je dirais que j'ai passé entre soixante-dix et quatre-vingts heures sur le jeu avant de finir l'histoire et je n'ai clairement pas fait tout ce qui était possible de faire, ni ne me suis vraiment lassée, simplement l'addiction est enfin passée.


Ce jeu regorge de détails, tant visuels que scénaristiques qui rendent l'immersion totale. De plus, le Gameplay, bien qu'assez simple à prendre en main, s'avère riche en petites interactions qui s'ajoutent au reste rendant l'ensemble cohérent et très bien pensé. Vraiment, bien que je reste follement attachée à Dreamfall Chapters, il se hisse au sommet des meilleurs jeux auxquels j'ai joués. C'est une expérience complète et passionnante.
On pourra toujours trouver des choses à redire, comme certains graphismes ou petits bugs de textures. Certaines choses pas très optimisées ou le son entêtant du détecteur Sheika qui finit par vous faire faire des cauchemars. Mais personne ne peut nier que le jeu est réfléchi de A à Z pour faire rêver le joueur. Que des détails comme les changements de températures, la direction des vents, les recettes proposées et je passe les meilleurs, ne rendent pas honneur à ce dernier. Il est extrêmement complet et pensé pour une expérience de jeu optimale, le succès qu'il a eu est largement mérité.

Sans en dévoiler le contenu, la seule petite déception est la fin, un peu facile à mon goût. J'aurais aimé quelque chose de plus étoffé, à l'image de tout le reste dans cet opus. C'est un peu en dessous du niveau tenu tout au long de l'aventure et ça c'est dommage. Sans doute se rattraperont-ils dans le DLC annoncé pour l'hiver 2017/2018. 

La vraie ombre au tableau est la console en elle-même. Pauvre en jeux, fragile et pas très bien conçue, l’investissement me semble énorme pour une rentabilité contestable. A vous de juger, moi je l'ai emprunté.

mercredi 5 avril 2017

Film : Logan


               Logan est un mutant immortel qui a traversé les âges et travaillé au côté du professeur Xavier pendant des années en temps que X-men. Ce film raconte la fin de son histoire.

Bien évidemment ancré dans l'univers étendu Marvel et plus particulièrement la branche des X-men, il se veut l'épilogue du héros légendaire et est donc difficile à dissocier de la saga qui lui est consacrée. Ainsi, pour les non-initiés, je vous invite d'abord à regarder X-men Origins : Wolverine et Wolverine : le combat de l'immortel avant de vous lancer dans l'aventure. 

Un avis mitigé pour cet opus. Plus lent, moins grandiose, ce qui semble être un parti-prix n'apporte pas grand chose en profondeur. L'humour est moins présent que d'habitude, ce qui n'est pas grave en soit, mais rajoute encore un peu en lourdeur. Il ne se passe pas grand chose et le film s'étire pendant plus de deux heures, ça en devient pompeux et presque désagréable. Néanmoins, le personnage de Logan fait une sortie dans les règles de l'art avec une interprétation de Hugh Jackman aux petits oignons. On retrouve tout ce qui fait le personnage piquant de Wolverine, ses démons et son cheminement. Ce point, très bien exploité, fait que le film reprend un peu d'éclat. En fait, les trois personnages principaux portent le long-métrage. Ce dernier manque de substance, mais eux l'enrichissent par leur prestance ou leur décalage. Je regrette également le côté un peu cliché de certaines scènes, parfois trop mielleuses et fleur bleue, à mon goût, qui détonne avec la brutalité du héros. On notera également l'absence du classique cameo de Stan Lee ainsi que de la scène post générique, qui a été expliqué par le réalisateur comme manière de se détacher des codes commerciaux de la firme. Ce que je trouve assez paradoxale pour un film qui me semble impossible à regarder en tant qu'entité à part entière et qui est remplie de détails qui ne sont adressés qu'aux fans de la saga.