mercredi 22 février 2017

Film : Ma Loute



          Ma Loute est un film burlesque qui fait vivre une expérience humoristique dérangeante.

Cette comédie est frappadingue, lente et absurde. Vous voulez de la cohérence ? Passez votre chemin. Vous voulez de l'action ? Faite en de même. Ce film est frustrant, rempli de vide et joue de ça. Je ne suis pas fan du genre, c'est très théâtrale et ce n'est pas un humour au quel je suis très sensible. Néanmoins je pense que c'est un bon film, étrange au possible, mais qui pourras séduire certain d'entre vous. Juliette Binoche est étonnante dans son sur-jeux, Luchini, on a l'habitude, mais pour elle, c'est tout autre chose ! C'est en dehors des codes qu'on à l'habitude de voir. Je ne peux pas parler de l'histoire, il n'y a que trop peu de substance pour vous en dévoiler la moindre ligne. Donc, je n'ai pas trop aimé mais je pense que ça peux plaire, à vous de juger.

mercredi 15 février 2017

Jeu vidéo : Thea - The Awakening

Plateforme : PC
           Thea: The Awakening est un RPG stratégie très inspiré du système jeu de rôle papier. 


Vous incarnez des survivants humains dans un univers héroïc fantasy où "l'Obscurité" a prit le dessus peuplant le monde de créatures du chaos. Vous commencez la partie avec un groupe de personnages aléatoires que vous devez envoyer explorer le monde et réaliser les quêtes qui vont se présenter à vous. Vous en apprendrez ainsi plus (ou pas, celons vos choix) sur les événements qui ont conduit à l'apparition de cette dernière. Vous devez également gérer vos ressources subsidiaires (nourriture et combustibles) ainsi que celles vous permettant de crafter (fabriquer) des items. 

En réalisant des quêtes vous obtiendrez de l'expérience (xp) pour le dieu que vous avez sélectionné initialement ainsi que des points scientifiques qui vous permettrons de débloquer de nouvelles ressources collectables, ou le craftage de nouveaux item ou, enfin, la construction de nouveaux types de bâtiments dans votre village. Précisons que vous n'avez qu'un village qu'il faudra penser à protéger. Les personnages gagnent de l'expérience au cours de leurs aventures et peuvent être équipés de nombreux objets à la manière d'un jeu de rôle. Ses derniers permettent, entre autres, d'améliorer certaines compétences ou de leur donner de nouvelles capacités. 




Lorsque vous résolvez une quête vous avez, la plupart du temps, plusieurs choix quant-à la méthode à employer (combat, physique, stratégie, magie, intelligence, social...) ces derniers se concrétisent dans une phase de jeu avec des cartes contre votre adversaire (l'IA du jeu - vous pouvez résoudre ces phases automatiquement). Il y a apparemment également un mode coop à deux que je n'ai pas encore tester (c'est un DLC gratuit).

Le jeu à un rythme plutôt lent mais est très addictif. Chronophage, il vous transporte dans des histoires parfois loufoques et teintées d'humour tout en restant immersives. Après 16 heures de jeu, je suis assez séduite. Il me semble compliqué de vous expliqué tout les tenants et aboutissants de cet opus. Néanmoins, je peux vous dire que l'histoire est prenantes, les quêtes aléatoires ne se répètent pas et la liberté du joueur est assez grande. Il me fait un peu penser à une combinaison bien dosée entre The Banner Saga et Civilisation. Il est disponible sur Steam en français (traduction de la communauté, soyez indulgent pour les quelques coquilles) pour 20€. Je trouve que ça les vaut et retourne de ce pas explorer l'univers !  

mardi 7 février 2017

Film : Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire


        Suite  à  l'incendie  de  leur  domicile,  Violet,  Klaus  et  Prunille  se trouvent 
maintenant orphelins. Il sont alors confiés au mystérieux compte Olaf, un homme cupide, cruel et loufoque qui n'aspire qu'à hériter de leur fortune.
          
J'ai commencé par regarder la série du même nom puis ai découvert l'existence du film un peu plus tard. Un casting de folie avec, entre autre, Jim Carrey, Meryl Streep et Jud Law, ajouté à l'univers des Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire, ce film avait tout pour me plaire. Je l'ai imaginé, à en écouter les témoignages, comme une oeuvre absurde, rythmée et hilarante. Mais en fait non. C'est une bouillie hollywoodienne sans grande saveur. Le rythme est d'une lenteur accablante, les ressorts comiques de l'oeuvre originale sont bâclés et n'apportent pas grand chose. Les acteurs jouent très moyennement, ce qui, vu le casting, est très difficile à tolérer. Le personnage le plus drôle est Prunille par ses quelques répliques sous-titrées mais elle est loin d’égaler son homologue de chez Netflix. Les autres oscillent entre lourdeur et absence totale de profondeur. C'est un gâchis sans nom. L'interprétation du comte Olaf par Jim Carrey n'a pas de finesse, même Meryl Streep, actrice que j'apprécie beaucoup, semble être à côté de ses pompes. Les répliques sont mal choisies et mal emmenées, les quelques bonnes idées sont trop vite expédiées et à vouloir tout mettre dans un temps si réduit, on nous assommes de détails insignifiants et de rhétoriques inutiles car c'est dans la répétition qu'elles sont censées devenir drôle. Je me suis ennuyée, j'ai décroché, et pourtant je suis un publique très facile à capter sur les longs métrages. Donc si vous avez aimé la série, ne vous infligez pas ce supplice, et si vous avez aimé ce film (ça doit être possible ma foi..) jetez vous sur cette dernière qui est un petit bijou de finesse et d'humour. 

jeudi 2 février 2017

Film : Big Fish



         Edward Bloom aime raconter l'histoire de sa vie à qui veut l'entendre. Magnifiant les aventures qui la compose avec des éléments fantastiques, arrive le jour où son fils, William, fini par saturer. Les deux hommes entrent alors en conflit car le père refuse d'entendre le besoin d'authenticité de son fils. 

Ce film de Tim Burton est mon compagnon de vie depuis des années et aussi mon film préféré. C'est une histoire de vie qui m'a beaucoup touché et l'univers fantastique y est bien emmené. Débordant de couleurs, parfois absurde, imageant des étapes de la vie et des sentiments par des éléments concrets, je le trouve juste et aux multiples lectures. Il est à la fois drôle et touchant. Je ne pense pas qu'il puisse faire ressortir ces sentiments chez tout le monde, c'est en grandissant avec que j'ai créé cet attachement fort et en vivant des expériences similaires à celles décrites dans l'histoire. Mais ça reste un très bon Burton ! On y retrouve son univers délirant mais dans son côté solaire. Il se regarde facilement et laisse un souvenir chaleureux. J'ai vu des critiques le décrivant comme un peu superficiel, j'entend le pourquoi mais reste complètement captivée et enchantée par cette oeuvre. Les enjeux sont émouvants, des thématiques sérieuses sont abordées avec légèreté et le film nous laisse une emprunte visuelle forte. Pour moi il est parfait, mais je ne suis clairement pas objective !