mercredi 31 août 2016

Film : Money Monster






        Money Monster nous plonge au cœur d'un show télévisé centré autour des finances. En plein direct, Kyle, spectateur lambda ruiné, prend en otage le plateau.

Ce film est dynamique et assez bien réalisé même si son côté "gros budget américain" laisse place à quelques facilités scénaristiques. On se laisse facilement prendre par l'histoire et le duo Clooney/Roberts fonctionne très bien. C'est d'ailleurs cette dernière qui porte le film à mon goût. Un divertissement avec un peu de substance qui se laisse bien regarder.

Film : Avant toi




      Louisa Clark alias "Lou" est une jeune femme pleine de vie d'origine modeste. Suite à un licenciement, elle se met à la recherche d'un petit boulot pour aider sa famille. C'est ainsi qu'en devenant ainsi aide-soignante pour les Traynor, elle va rencontrer Will, un homme cynique et taciturne depuis un accident qui l'a laissé paralysé.

Simple et émouvante, cette histoire d'amour est très bien porté par les deux acteurs principaux. Emilia Clarke change complètement de registre en interprétant cette fille maladroite, attachante et débordante de sincérité. Les dialogues sont bien écrits et l'humour emmené avec finesse. J'ai été happée par ce film qui m'a laissé un souvenir doux et triste à la fois.

dimanche 21 août 2016

Jeu vidéo : The Banner Saga 2

Plateforme : PC


          The Banner Saga 2 fait suite au premier jeu du même nom dont j'ai déjà parlé ici (il me parait indispensable d'avoir fini The Banner Saga avant de commencer celui-ci).
Épique, ce dernier vous replongera dans l'histoire avec tout autant de talent que le premier volet. Le temps de se refaire aux noms propres particulier de l'univers, de réapprendre les bases du combat et en une petite demi heure on est relancé !  Les personnages ont maintenant 10 niveaux et de nouvelles compétences vous donnerons envie de découvrir les nouveaux héros. L'arrivé de la race des centaures est assez plaisante, ils sont esthétiques et assez utiles au combat. Vous pourrez également obtenir des points de réputations en remplissant des défis dans la tente d'entrainement tout en prenant mieux en mains les compétences de vos personnages. De plus, le jeu est maintenant ponctué de courtes cinématiques assez jolies qui accentuent l'immersion. 
Les deux points négatifs sont sur la traduction française un peu bâclée par moment (maj du 16/08/2016) et sur sa durée de vie que j'ai trouvé, malheureusement, un peu trop courte (12 heures pour finir l'histoire). Le bilan reste néanmoins très positif et ce deuxième volet ne laisse pas de doute quant-à la sortie d'un troisième jeu avec sa fin frustrante qui nous fait saliver !

lundi 15 août 2016

Série : Childhood's End

         Childhood's End est une mini série S-F de 3 épisodes de 90 minutes chacun qui raconte l'histoire de l'humanité après une invasion extraterrestre.

Je pense que la série avait un réel potentiel qu'elle a néanmoins gâché assez grossièrement. Le premier épisode est bien rodé, pas extraordinaire, mais assez cohérent et attractif. Et puis le scénario se perd dans le second et se conclu lourdement en quelques phrases dans le troisième. Les effets spéciaux sont plutôt bons et, esthétiquement parlant, ça tient la route. Mais il y a trop de mais.

On a un speech de base intéressant, qui crée un mystère et soulève assez simplement des questions sur l'avenir de l'humanité. Et très vite, on se rend compte qu'entre le jeu d'acteur approximatif sur une majorité de personnages eux mêmes creux au possible et des scènes de remplissages magnifiques mais qui n'apportent absolument RIEN à l'histoire, ces dernier restent non-éclaircis et ça ne semble choquer personne. Les incohérences de ce types vous en aurez à la pelle. Trop de fois, en temps que spectatrice, j'avais envie de gueuler aux personnages "MAIS POURQUOI ?!" face à des actions inexpliqués, étranges et incohérentes que ces derniers vivaient quant-à eux avec le plus grand flegme. "Mon enfant à des super pouvoir ? Ouais c'est chelou, et après ?" RÉVEILLEZ VOUS BORDEL !! 
Ces moments de solitude intenses, où les personnages ne semblent pas réaliser que subir la vie sans réfléchir un peu n'est pas une solution, on au moins le mérite de créer une ambiance spirituelle étrange mais très vite insoutenable d'irréalisme. Une espèce de super-croyance et d'aveuglement intense semble planer sur la planète entière, néanmoins ça n'explique pas tout et souligne un vide incroyable du scénario qui fait peine à voir. On a envie d'explorer New Athènes un peu plus que par quelques images, de comprendre le nouveau système géopolitique, social aussi.. Rien de tout ça ne nous est expliqué.

Dans la même veine nous avons droit à :
- une temporalité complètement pétée qui défie toute les lois de la physique et de la logique
- des gens qui pêchent dans un ruisseau de 10 cm d'eau et ça ne choque personne
- des parents qui ne se battent pas pour leurs enfants plus de 30 secondes et pleurent juste leur départ de manière passive
- des personnages qui disparaissent juste du scénario, juste comme ça, sans explication
-  un mec qui a une bombe dans son salon cachée sous un bâche
et j'en passe ...


Il y a bien le personnage de Ricky, hanté par son passé, qui essaye de développer quelque chose...  Sa relation étrange avec Karellen peut éventuellement se comprendre.. Mais cela aurait très bien pu être une autre histoire, ça ne nous apporte pas grand chose. On tourne en rond, on fait du remplissage et on bâcle à vitesse grand V les points essentiels de l'histoire sans nous expliquer les tenants et les aboutissants. C'est niais, vide et frustrant.

vendredi 5 août 2016

Série : Stranger Things

          Le 6 novembre 1983, dans l'Indiana, Will, Dustin, Lucas et Mike finissent leur campagne de Donjons et Dragons. Sur le chemin du retour l'un d'eux se fait surprendre par une une étrange créature.


Une unique saison de 8 épisodes pour cette nouvelle création Netflix. Entre fantastique et science-fiction, la série mélange les genres dans un thriller extrêmement bien dosé. Découverte grâce à la chaîne The Grand Test, elle est à la hauteur du teasing fait dans leur vidéo. La BO est vraiment bonne, l'histoire est très bien travaillée et les personnages bouleversants. Un départ un peu effrayant à mon goût (il m'en faut peu) mais on s'immerge assez vite dans l'ambiance, le suspense et la tension palpable soulignant parfaitement l'intrigue. Les acteurs sont très bons et on s'attache très vite à chaque personnage. Mention spéciale à Joyce qui a vraiment été mon coup de cœur malgré la profondeur alarmante, que je vous laisserais découvrir, de Jim. Une série très satisf/isante qui donne une cruelle envie d'en avoir plus. Affaire à suivre !

Edit 31/08/16 : Saison 2 annoncée par Netflix !

Visionnage : 1 saison

jeudi 4 août 2016

Série : Battlestar Galactica




             Battlestar Galactica, version de 2003, est une série S-F qui raconte l'histoire des habitants des Douzes Colonies, créateurs de robots "intelligents" nommés Cylons. Après une guerre contre ces derniers suite à leur rébellion, une longue période de paix c'est installée. Les vaisseaux de guerres sont démantelés et le Battlestar Galactica, dernier vestige de ce temps passé, sert maintenant de musé volant. C'est alors qu'une attaque dévastatrice prend de court l'humanité toute entière et les rescapés tente tant bien que mal de fuir ce chaos.



Prenante, cette série est un classique dont il me parait compliqué de se passer. Les personnages sont charismatiques et fascinants. Les enjeux sont aussi bien politiques, économiques ou sociaux que sentimentaux, guerriers ou psychologiques. Les effets spéciaux datent un peu et les combats spatiaux laissent un peu à désirer mais la trame scénaristique est fort bien travaillée et c'est ce qui compte le plus. Certains mystères magico-religieux vous laisserons peut-être sur votre faim mais la richesse de l'univers est suffisante pour combler ces légères frustrations. Je vous conseille également de jeter un œil au jeu de plateau tiré de la série si vous avez accroché.




Visionnage : 4 saisons